Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Le classement annuel des entreprises de propreté réalisé par la FEP confirme une grande stabilité des leaders du secteurs, Onet en tête.

Les années se suivent et se ressemblent. Au classement des entreprises de propreté (en chiffre d'affaires) établi tous les ans par la FEP , la stabilité est de mise. Onet caracole toujours en tête (1,32 milliard d'€ de CA), devant Samsic (890 millions d'€ de CA) et Atalian (745 millions d'€ de CA). Les groupes GSF, Elior Services, ISS France, Derichebourg Propreté, Challancin, Isor et STN groupe complètent le palmarès des 10 premiers acteurs sur le marché national.

A l'exception d'ISS France et de Isor dont les chiffres d'affaires reculent respectivement de 6,82% et de 1,45% en 2017, les 20 premières entreprises qui affichent le montant de leur portefeuille au travers de cette étude connaissent des progressions parfois très significatives de leur activité. C'est le cas par exemple du groupe Challancin (+25%), deClinitex (+14,7%) ou encore de Derichebourg Propretés. A l'instar de Challancin beaucoup de grands acteurs nationaux ont procédé à des rachats significatifs au cours des deux dernières années qui font progresser de façon très sensible leur chiffre d'affaires. Mais au-delà de cette croissance organique le secteur connait globalement une belle dynamique de croissance , due, en partie, à l'externalisation des prestations de propreté et de bionettoyage de certaines secteurs d'activités comme la santé, les collectivités ou encore l'hôtellerie.

Autre enseignement de la photographie réalisée par la FEP auprès de ses adhérents : les leaders du secteur pèse de plus en plus lourds. Les trois premiers groupes français ont réalisé en 2017 un chiffre d'affaires en propreté et services associés de plus de 3 milliards d'euros et 300 millions d'euros séparent le 4è du palmarès (GSF avec  761 millions d'€) et le 5è (Elior Services avec 436 millions d'€).

A lire également :

Le TOP 10 exclusif des entreprises de propreté
L'embellie se confirme en régions





 

Le groupe Atalian vient d'annoncer l'acquisition du groupe breton Cadiou spécialisé dans  l’ingénierie et la maintenance électrique.

Fidèle à sa politique de croissance externe en France et dans les métiers du multi-technique, le groupe Atalian vient d'annoncer le rachat du groupe Cadiou, créé en 1947 et spécialisé dans l’ingénierie, l’installation, la maintenance, la mise en conformité et le dépannage électrique. Cette entreprise régionale (156 salariés, 18 millions d'€ de CA) intervient auprès d’une clientèle diversifiée composée de marchés publics, de collectivités locales, de PME, mais également de PME et de grands groupes privés. Pour Bruno Gstach, président du pôle Multitech France  d' Atalian cette opération permet de renforcer la  présence du groupe dans l’Ouest de la France et d’intégrer au sein d’Atalian Multitech de fortes compétences en courant fort & faible. « Le pôle maintenance multi-technique d’Atalian a la taille critique pour intervenir sur l’ensemble du territoire, et s’inscrit dans une démarche plus globale du développement de l’offre FM d’Atalian en France » note le dirigeant du groupe.

« Dans les 2 prochaines années, nous prévoyons de focaliser notre efforts de croissance externe sur les métiers du multitech, sécurité et espace verts afin de développer notre offre FM » confirme pour sa part Sébastien Lastapis, Président d’Atalian France.

A lire également :

 

La 1ère édition de la journée nationale des métiers de la propreté, organisée par la FEP se tiendra le 18 octobre prochain dans toute la France.

Parade de laveurs de vitres à Bayonne ou Bordeaux, exposition photo et rencontre avec de jeunes professionnels à la gare de Lille-Flandres et de Saint-Lazare à Paris, démonstration à Rennes, job-dating à Rouen, portes ouvertes au zénith de Saint-Etienne pour une remise en état après concert... La journée du 18 octobre donnera l'occasion à l'ensemble des entreprises de propreté et à ses 500 000 salariés de faire partager leur activité à tous les usagers des lieux publics et, pourquoi pas, susciter des vocations pour un métier en constante évolution. Cette 1ère Journée nationale des métiers de la propreté, organisée par la FEP, offre à l'ensemble des entreprises du secteur,d es plus grosses aux plus petites, l'opportunité de se faire mieux connaître et surtout de partager leur savoir-faire et leur expertise.

Pour préparer cet événement et personnaliser les métiers de la propreté le site de l'évènement propose également des web-documentaires sous la forme de 7 portraits de professionnels du secteur (cordiste, inspectrice, dirigeant...).

A lire également :

 

Le groupe Nicollin devrait investir quelque 100 millions d'euros dans le futur stade de Montpellier qui portera le nom de son ancien président Louis Nicollin.

C'est Laurent Nicollin, président du Montpellier Hérault Sporting Club (MHSC)v qui l'a confirmé cet été, le futur stade de Montpellier sera financé majoritairement par le groupe de collecte et de propreté et portera le nom de son père qui avait pris les rênes du MHSC en 1974. Un an après son décès brutal, Louis Nicollin (photo), fondateur du groupe éponyme et président emblématique du MHSC,  donnera son nom au nouveau stade de Montpellier dont la première pierre devrait être posée en 2019.

Prévu pour entrer service en 2022-2023 le nouveau stade – qui remplacera le stade de la Mosson situé en zone inondable- d'une capacité de 30 000 spectateurs représentera un investissement de quelque 150 millions d'euros, financé aux 2/3 par des fonds privés. C'est le groupe Nicollin ( 5000 salariés, 300 M € de CA) qui assurera la totalité du financement, soit en direct, soit au travers du club de foot dont il est propriétaire.

Ce site accueillera également le futur palais des sports de la ville et  le musée que possédait Louis Nicollin au Mas St Gabriel à Marsillargues avec, notamment,  sa collection de maillots de foot.

A lire également :

 

L'association Orée vient d'éditer un guide des sur la collecte et la gestion des déchets dans les établissements recevant du public (ERP).

Créée en 1992 l'association Orée regroupe près de 200 membres (collectivités, entreprises, organismes publics, professionnels de l'environnement...) qui se retrouve pour travailler autour des questions liées à l'environnement, à l'économie circulaire, mais aussi aux déchets. Le guide « Comment mieux collecter et gérer les déchets dans les ERP » que vient de publier l'association est le fruit des échanges et des réflexions menées depuis 2015 par un groupe de travail spécialement consacré à ces questions.

Ce guide très complet et documenté de nombreux cas concrets s'adressent à l'ensemble des acteurs intervenants dans les établissements recevant du public : gestionnaires, entreprises de propreté, collecteur de déchets... Dans un contexte règlementaire en pleine évolution (déchets 5 flux, bio-déchets) le guide s'appuie sur l'expérience de grands donneurs d'ordres comme la SNCF, les centres Leclerc ou encore l'établissement public de la Villette, pour partager les bonnes pratiques mises en œuvre.

Le travail proposé par Orée évoque également la gestion des partenariats -avec les entreprises de propreté notamment-  le choix des filière et du mobilier à mettre en place en fonction du site et de son activité. Des solutions innovantes en matière de collecte et d'apport volontaire sont aussi détaillées faisant de ce document un outil très pratique.

A lire également :  Collecte des déchets : Paprec remporte le Grand Lyon