Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Les professionnels de l'hygiène, de la désinfection et du contrôle des nuisibles se donnent rendez-vous à Paris du 14 au 17 novembre.

En 2016 plus de 3 000 visiteurs, venus de 45 pays, avaient fait le déplacement à Paris pour participer au salon Parasitec. Cette année ils sont encore plus nombreux à se déplacer Porte de la Villette (Paris Events Center)  pour découvrir ou partager les dernières innovations, techniques et solutions d'hygiène, de désinfection et de lutte contre les nuisibles. Il sera bien sur question des moyens à mettre en œuvre contre les rongeurs et les punaises de lits, très présents en milieu urbain, mais également de réglementation et de formation des professionnels du secteur.

Sur une surface d'exposition toujours plus importante (plus de 4 200 m2 et plus de 100 exposants) ce rendez biennal constitue également un lieu d'échange et de travail autour des conférences qui aborderont des thèmes très divers : « Les AMM biocides : spécificités des produits à base d’huiles essentielles », « les punaises de lit », « la dératisation à haut niveau de performance de demain ». Parasitec, salon professionnel  se tient jusqu'au vendredi 17 novembre (de 9h à 15 h)

A lire également :

 

C'est le groupe de nettoyage et de services associés rennais qui vient de reprendre Itiremia, la filiale de la SNCF qui assure l'assistance aux voyageurs.

Itiremia, filiale de la SNCF et  un des leaders français des services en gare, vient de passer sous le giron du groupe Samsic. Les quelque 650 salariés, équipés de « gilets rouges », couvrent une très large gamme de services aux passagers : prise en charge des personnes handicapées, gestion des consignes à bagages, objets trouvés, gestion de flux, informations, orientation... Itiremia intervient aujourd'hui dans les grandes gares du réseau SNCF , mais également dans les aéroports, les centres de congrès ou les infrastructures sportives.
La société, créée il y a 22 ans et certifié ISO 9001 depuis près de 20 ans, a réalisé plus de 24 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 et créé, cette même année, un département Event VIP et hôtessariat.

De nouvelles prestations pour le groupe de propreté

Avec cette acquisition, le Groupe Samsic se renforce dans ses activités de prestations humaines au service de la mobilité, à l'image de ce qui peut-être fait sur les activités aéroportuaires. L’objectif du Groupe Samsic, via son activité Samsic City à laquelle est désormais rattachée Itiremia, est de capitaliser sur le savoir-faire humain et professionnel de cette entreprise pour le développer sur ses clients existants. « Cette acquisition est une belle opportunité pour le Groupe Samsic de renforcer ses liens avec le Groupe SNCF et tous les acteurs du transport terrestre et maritime et de bénéficier d’équipes professionnelles pour se développer. C’est une belle opportunité stratégique pour notre groupe » déclare Guy Roulleau, Président de Samsic Facility.

A lire également:

 

Le Président de la République a confirmé son souhait de voir taxés, dès le début 2019, les entreprises multipliant les CDD.

Alors que les négociations pour une réforme de l'assurance-chômage se sont ouvertes vendredi 9 novembre, Emmanuel macro a confirmé son projet de bonus-malus pour les entreprises abusant des contrats à durée déterminée. Le projet de taxation des CDD était évoqué depuis déjà plusieurs mezza voce par la ministre du Travail et le Premier ministre. Emmanuel Macron a donc confirmé cette piste qui permettrait de faire économiser entre 1 et 1,3 milliard d'euros par an pendant 3 ans.

Les contours de cette nouvelle règle du jeu pour les CDD sont loin d'être définis et sa mise en œuvre début 2019 encore très hypothétique. Toutefois, la mesure n'a pas manqué de faire réagir les partenaires sociaux, au premier rang desquels les PME qui sont utilisatrices de ces contrats courts. Une problématique toute aussi sensible dans le secteur des services, propreté notamment.

Suite à la lettre de cardage budgétaire, rendue publique le 25 septembre et prévoyant ce système de bonus-malus, le Sénat a décide de lancer une étude d'impact de cette mesure auprès de l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques). Les conclusions doivent être présentées au Palais du Luxembourg le 13 décembre prochain. L'objectif des sénateurs est clairement affiché: déboucher sur toute proposition d’aménagement du dispositif envisagé, qui permettrait de concilier la nécessaire flexibilité pour les entreprises et la lutte contre la précarisation de l’emploi et la « permittence » (cumul d'un emploi et d'une indemnité chômage), afin de minimiser le préjudice que le dispositif envisagé pourrait porter aux TPE – PME et à l’emploi.

 

Le bilan annuel présenté par l'ensemble des industriels du recyclage , réunis sous la bannière Federec, affiche un chiffre d'affaire en hausse de 5,7% et des effectifs qui progresse de 6%.

Les industriels du recyclage – 1 100 entreprises et 2050 établissements- ont connu une belle croissance au cours de l'année 2017. « L'ensemble de nos 12 filières de recyclage ont connu une croissance de 2% des volumes avec près de 105 millions de tonnes de matières traitées, et un chiffre d'affaires qui affiche quant à lui une progression de 5,7% pour s'établir à plus de 9 milliards d'euros » se félicite Jean-Philippe Carpentier, le président de Federec.

Des chiffres d'autant plus encourageants que 2017 aura été marqué par la fermeture brutale et hermétique des frontières de la Chine qui représentait un débouché important au niveau européen. « Un mal pour un bien » se persuadent a posteriori les professionnels du recyclage des plastiques qui mettent en avant la nécessité de monter en  gamme sur les produits issus du recyclage, donc de moderniser sans cesse l'outil de production et d'intensifier la R&D. Un point sur lequel se retrouvent les industriels qui ont significativement accélérer leurs efforts d’investissements en 2017 : 521 millions d'euros, soit +12% par rapport à 2016.

Cette belle santé globale du secteur – malgré les difficultés de débouchés rencontrées par exemple par la filière papiers/cartons- s'est aussi traduite par une croissance des effectifs. 2000 nouveaux collaborateurs ont ainsi rejoint les entreprises du recyclage en 2017. L'enjeu étant aujourd'hui de les former et de les faire monter en compétence. A l'instar des métiers du nettoyage, le recyclage emploie un nombre important d'agents peu ou pas qualifiés auxquels il va falloir offrir des orientations plus techniques.

A lire également :

 

Entré chez Nilfisk en 1976, Jean-Philippe Masson, directeur général France et Benelux prend sa retraite.

Une page se tourne chez Nilfisk France avec le départ à la retraite de Jean-Philippe Masson, entré dans le groupe en 1976 et directeur général depuis 2002. Après quarante-deux ans de présence dans le groupe danois, Jean-Philippe Masson, dirigeant de l'entité française de Nilfisk, a fait valoir ses droites à la retraite, son départ ayant pris effet fin octobre. Jean Philippe Masson était à la tête de Nilfisk France depuis 2002, et en charge du Benelux depuis 2016. Dans une récente communication destinée aux collaborateurs français, Hans Henrik Lund, Pdg de Nilfisk, a salué le départ à la retraite du dirigeant français : « Jean-Philippe est une véritable légende chez Nilfisk ! Il est dans l'entreprise depuis plus de quatre décennies et la liste des réalisations est non seulement longue mais aussi très convaincante.

Avec son équipe, Jean-Philippe a fait de Nilfisk France un leader du marché français, et il a été au fil des années un modèle pour de nombreuses filiales du groupe. » C'est

Jean-Charles Morillon, jusqu'à présent directeur commercial de l'entité Nilfisk blue line (ex Alto) qui va assurer l'intérim de la direction commerciale France et Benelux.

A lire également :