Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Une récente étude de marché réalisée par MSI Reports met en lumière l'importance du Facility management et de la propreté qui représentent plus de 25% des prestations.

La société spécialisée MSI Reports vient de publier une nouvelle étude sur le marché, les acteurs et l'évolution du Facility management en France. Une somme de données et d'analyses la plus complète et documentée que l'on puisse trouver et qui aborde plus particulièrement le « FM à la française ». A la différence des pays anglo-saxons qui globalisent et confient à des opérateurs l'ensemble des prestations aux bâtiments et aux occupants avec un pilotage unique, les donneurs d'ordres français ont une approche très différente de ces offres de services. Les grands groupes – du tertiaire notamment- font le plus souvent appel à des Fmeurs multi-techniques et à des Fmeurs multi-services sans toujours prendre en compte la dimension de pilotage des prestations. « Il s'agit d'un des écueils observé lors de la réalisation de cette étude : la création de valeur dans une prestation de FM est souvent mal comprise ou évaluer, alors que le FM dispose aujourd'hui d'outils de pilotage très précis et très efficaces qui peuvent optimiser au mieux l'ensemble des prestations, notamment au niveau du multi-techniques » note Anne-Laure Vervier, auteure de l'étude. Un des enjeux, pour les Fmeurs est de démontrer à leurs clients qu'une vraie solution globale de pilotage pourra leur faire gagner de l'argent tout en augmentation la qualité de service.

La propreté toujours à la peine

L'éclairage apporté sur les prestations de propreté confirme quant à lui les difficultés rencontrées au quotidien par les entreprises de propreté. Si les prestations de nettoyage représentent le premier poste de dépenses (25%) dans un contrat de FM multi-services dédié aux occupants d'un bâtiment, il n'en demeure pas moins qu'elles constituent aussi une « variable d'ajustement » encore trop souvent mise en œuvre. L'enjeu pour les groupes de FM étant d'enrayer ce cercle vicieux du moins-disant. Certains y parviennent, grâce notamment à une meilleure prise de conscience, mais beaucoup d'entreprises, citées dans l'étude alerte sur le risque du « low cost » et confirment l'érosion continue des marges sur les prestations de nettoyage.

Un des enjeux pour les Fmeurs est aujourd'hui de proposer de nouveaux services à plus forte valeur ajoutée et permettant de fidéliser les donneurs d'ordres. L'étude MSI Reports note l'agilité de grands opérateurs du multi-services pour s'inscrire dans cette démarche.

Cette analyse quantitative et détaillée analyse le marché en 2018 et traite des périodes de 2014 à 2017(historique) et jusqu’en 2023 (prévisions). En parallèle de ces données, l’étude comprend également une analyse de la structure concurrentielle ainsi que des profils de 18 principaux intervenants sur le marché (Atalian, Samsic, Sodexo, Elior Services, Vinci Facilities...).

A lire également :

 

Le groupe Samsic vient de racheter Technic'Arts Drone, société spécialisée dans les prestations aux bâtiments.

Le groupe Samsic vient de faire l'acquisition de Technic'Art Drone - qui va devenir Sam'Drones-  une entreprise spécialisée dans la prestation de services techniques et industriels par drones. Au travers de ce rachat Samsic continue de se renforcer dans les nouvelles technologies et dans l’intégration de solutions innovantes pour ses clients.

Sam’Drones va se déployer sur l’ensemble des métiers de Samsic Facility et permettre notamment des approches inédites sur des prestations variées comme le nettoyage haute-pression des façades, des vitres et des toitures, l’inspection technique et thermographique des bâtiments, la modélisation 3D, la surveillance de sites ou l’événementiel....

Nettoyage HP en hauteur

« Cette nouvelle acquisition va nous permettre de conforter notre  position de leader dans les services aux entreprises et d’offrir à nos  clients des solutions innovantes, agiles, qui permettent d’intervenir dans la plus grande sécurité humaine, sur des sites souvent difficiles d’accès. Cela démontre notre réelle capacité à réinventer nos métiers en utilisant les nouvelles technologies et à innover » déclare Guy Roulleau, directeur général du groupe Samsic.

Cette nouvelle filiale, qui  rejoint le pôle Samsic City, dirigée par Bernard Castagne, bénéficiera de la R&D du groupe, qui associe également  l’intelligence artificielle. Un showroom a été mis en place sur le site de Créteil, où des démonstrations sont organisées pour les clients et prospects. La plus grande innovation portée par Sam’Drones est l’unité mobile haute et basse pression développée en exclusivité avec Vivien Consulting. Un drone qui, en toute autonomie, permet d’effectuer des missions de pulvérisation et de nettoyage haute-pression à 130 bars, à plus de 40 mètres de hauteur et à une température de 90°C.

A lire également :

 

 

Le groupe français DomusVi s'apprête à reprendre les 35 établissements du groupe Residalya et renforcer sa place sur le marché des EHPAD.

Les groupes DomusViet Residalya sont entrés en négociation exclusive en vue de la reprise du réseau de 35 EHPAD et résidences-autonomie (2 630 lits) de Residalya par DomusVi. Le groupe compte qui compte 1 700 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 120 millions d’euros est présent sur l'ensemble du territoire. Cette acquisition permettra à DomusVi de consolider son offre tout en renforçant sa présence dans l’hexagone et en densifiant son réseau dans les zones où le groupe est déjà présent.

Créé en 1983, le groupe DomusVi compte aujourd'hui plus de 300 résidences médicalisées, 15 résidences seniors, 18 hôpitaux psychiatriques et centres pour handicapés, 60 agences d’aide à domicile, en Europe (France, Espagne, Portugal), en Amérique latine (Chili, Colombie, Urugay) et depuis 2017 en Chine. Le groupe emploie plus de 30 000 collaborateurs à travers le monde et a réalisé plus de 1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2017.La transaction qui doit encore être soumise à l'approbation des autorités françaises de la concurrence et pourrait être finalisée au cours du deuxième trimestre 2019.

A lire également :

 

Le réseau de transport en commun d'Ile-de-France nécessite d'importantes prestations de nettoyage, pour un montant annuel dépassant les 150 millions d'euros.

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie  Pécresse, et  Alain Krakovitch, directeur général du Transilien se sont rendu le 14 mars au technicentre des Ardoines à Vitry-sur-Seine pour évoquer les actions menées conjointement en matière de propreté dans les transports d'Ile-de-France. Une occasion de rappeler que chaque année 150 millions d'euros sont consacrés aux opérations de propreté des trains, RER et métros – dont 85 millions d'euros pour la RATP- qui sont assurées par un milliers d'agents RATP et plusieurs centaines d'agents SNCF. Au sein du réseau transilien près de 400 gares et 700 trains sont nettoyés quotidiennement et côté RATP 368 stations et plus de 1,3 million de m2 sont maintenus en propreté.  En dépit de l'importance des moyens mis en œuvre, Valérie Pécresse et Alain Krakovitch n'en dressent pas moins un constat impressionnant :  67 tonnes de déchets sont récoltés chaque jour sur le réseau Transilien et 11 millions de mégots sont ramassés par terre chaque année. Des incivilités qui s'avèrent pour le moins coûteuses... 

 

Déchets chimiques. Sortie de crise pour EcoDDS


Publié le 20 mars 2019 12:30:58

 

Un arrêté publié au Journal officiel du 10 mars renouvelle l'agrément de EcoDDS pour 6 ans en matière de traitements des déchets  de produits chimiques notamment.

C'est avec un an de retard et après plusieurs mois de crise ouverte entre le Ministère de l'écologie et les adhérents de l'éco-organisme EcoDDS qu'un re-agrément pour une durée de 6 ans vient d'être validé.

Depuis le 11 janvier dernier, les pots de peinture, colles, solvants, et autres déchets chimiques  n'étaient plus collectés ni traités par l’éco-organisme EcoDDS chargé de ces opérations. Cette société a en effet refusé de continuer à les prendre en charge et laisse les collectivités territoriales seules pallier sa défaillance. La secrétaire d'Etat à l'écologie, Brune Poirson,  a rappelé aux membres du conseil d’administration d’Eco-DDS (Castorama, Auchan, Carrefour, Leroy Merlin, Bricorama, PPG...) qu’il est de leur responsabilité – en tant qu’entreprises metteuses sur le marché et en application du principe pollueur-payeur – de s’assurer de la gestion des déchets issus des produits qu’elles commercialisent. Il a été obtenu que l'éco-organisme rembourse tous les frais engagés par les collectivités depuis le 1er janvier 2019.

 Créé en 2012  EcoDDS travaille en collaboration avec ses entreprises adhérentes (fabricants, distributeurs), conformément au principe de responsabilité élargie du producteur (REP), afin qu’elles réalisent concrètement leur engagement de collecter les produits usagés qu’elles ont mis sur le marché.

 Cette filière de collecte et de traitement des déchets diffus spécifiques des ménages (DDS) traite plus de 33 000 tonnes de déchets au travers de 784 entreprises adhérents et quelque 3 200 déchetterie adhérente.

A lire également : Traitement des déchets, le coup de gueule du maire de Toulouse