Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Le conseil de surveillance du groupe Onet a annoncé jeudi 6 septembre le départ de M. Denis Gasquet et la nomination de Mme Emilie de Lombares en tant que présidente du directoire de l’entreprise.

Emilie de Lombares, 36 ans, fille d'Elisabeth Coquet-Reinier, Présidente de la Holding Reinier, actionnaire majoritaire du groupe Onet  et petite-fille de Louis Reinier, décédé il y a quelques mois, a pris la présidence du groupe Onet le 1er septembre dernier, succédant à Denis Gasquet. La nouvelle dirigeante a rejoint le groupe Onet en 2008, après un diplôme de Neoma Business School et une première expérience professionnelle comme auditrice chez Mazars.

Au sein d’Onet, la jeune femme a occupé différentes positions stratégiques, d’abord en tant que directrice déléguée stratégie et finances (2008-2015) où elle a piloté notamment le projet stratégique Triple A, puis directrice de Onet Accueil (2015-2016). Elle dirigeait, depuis 2016, les opérations de la filiale espagnole, Onet Iberia, et siégeait au Conseil de Surveillance.

« La nomination d’Emilie s’inscrit dans l’aventure familiale d’Onet. Sa connaissance de l’entreprise tant au niveau stratégique, opérationnel et financier va lui permettre de faire grandir Onet en expertise et en savoir-faire, dans la continuité des valeurs portées par le groupe » commente Elisabeth Coquet-Reinier.

« Emilie de Lombares remplace M. Denis Gasquet dont l’engagement au service du groupe depuis 2012 a permis d’accélérer son développement et assis sa présence internationale de manière déterminante. Cet engagement est salué par l’ensemble des membres du conseil de surveillance d’Onet » précise par ailleurs le groupe marseillais dans un communiqué.

A lire également :

 

Le fabricant français de produits d'hygiène et d'essuyage vient d'annoncer le début des travaux de transformation de l'ancienne usine papetière Arjowiggins de Charavines (Isère).


Après de longs mois de préparation et de validation du projet,  le groupe Global Hygiène, basé à Auxonne (Côte d'Or), a obtenu le feu vert pour démarrer les travaux sur le site de l'ancienne papeterie Arjowiggins de Charavines (Isère). Cette nouvelle usine qui devrait être opérationnelle dans 18 mois, permettra dans un premier temps la fabrication de bobines de ouate d'une capacité de 32 000 tonnes par an. Un nouveau bâtiment pourra également accueillir à terme des lignes de transformation.

Ce projet de grande ampleur est également rendu possible grâce à l'arrivée au capital de Global Hygiène du  fonds Novi 1, géré par Tikehau Capital. Comme l'a confié Luc Brami, le Président du groupe à nos confrère de l'Essor 38, le coût de ce nouvel outil est évalué à 20 millions d'euros , pour l'investissement en machine et bâtiment (totalement financé par un crédit bail BPI. 35 M€ ont été levés au total par le Groupe pour son projet et dans le cadre de son renforcement financier. La société prévoit par ailleurs, dans un premier temps, l'embauche de 35 salariés sur ce nouveau site.

A lire également :

 

Fabricant et distributeur, Eyrein vient d'ouvrir une plateforme, un show-room et des bureaux à Villejust, dans l'Essonne.
L'industriel Eyrein, dont la base historique se trouve en Corrèze s'intéresse depuis plusieurs années déjà au très important marché parisien, en se développant en tant que distributeurs auprès des professionnels. Après avoir modernisé son site de production, sa plateforme logistique et son siège au cours des deux dernières années, Eyrein vient d'inaugurer quelque 8 000 m2 de locaux à Villejust (91) en banlieue parisienne. « 3 500 m2 seront destinés au stockage des produits, 1 000 m2 dédiés à nos bureaux et à notre showroom et la surface restante est proposée à la location. En termes d'effectifs cette implantation emploiera 20 collaborateurs » détaille Pierre-Alain Magne en charge du développement commercial de l'entreprise.

3 500 références

L'entreprise qui devrait réaliser quelque 27 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018 souhaite déjà depuis plusieurs années se positionner comme un acteur significatif sur le marché parisien. La première implantation date de 2008, mais avec ce nouveau bâtiment les capacité de stockage et de distribution seront nettement renforcées. L'entrepôt de Villejust comptera plus de 2 500 références en chimie, mais également 3 500 références de consommables et machines. Une très grande diversité dans les gammes qui permettra notamment à Eyrein de prendre des parts de marché sur le segments HORECA (hôtels, restaurants, cafés) très dynamique en Ile-de-France. L'industriel, qui sera présent au salon Equip Hôtel,  confirme la bonne dynamique qui s'est installée lors du dernier trimestre sur cette activité, et annonce l'arrivée d'une nouvelle commerciale et d'un catalogue dédié à ce segment.
Ce nouveau site Eyrein hébergera  également d'ici la fin de l'année un magasin libre-service destiné à la clientèle professionnelle. Une option prise par plusieurs distributeurs qui présente un réel intérêt en zone urbaine dense, notamment vis à vis d'une clientèle d'entreprises de propreté ou de collectivités.

A lire également : En pleine croissance Eyrein va inaugurer un nouveau site

 

Propreté urbaine. Suez s'installe à Bordeaux


Publié le 5 sept. 2018 17:19:00

 

Bordeaux Métropole vient de confier la propreté des rues du centre historique de Bordeaux à Suez. Un contrat de 4 ans d'un montant de 2,5 millions d'€ par an.

La métropole bordelaise a choisi d'externaliser la propreté de l'hyper centre de la ville. Le marché, d'une durée de 4 ans et d'un montant de 2,5 millions d'euros par an, a été remporté par le groupe Suez qui va devoir relever le défi dans un environnement complexe à maintenir en propreté. La vingtaine d'agents affectés à ce marché interviendront 7/7, et pourront bénéficier de l'expertise de leurs homologues de l'hyper centre de Marseille qui réalisent le même type de prestations depuis déjà plusieurs mois.

Ce contrat s'inscrit dans le portefeuille de contrats signés ou renouvelés par Suez au cours du 1er semestre 2018 pour un montant total dépassant le milliard d'euros. En plus de la Métropole bordelaise, Agen a signé pour l'exploitation de son unité d'incinération des ordures, l'AP-HP (Hôpitaux de Paris) lui a concédé le traitement de ses déchets, le MIN de Rungis celui de ses bio-déchets et le syndicat Emeraude (17 communes du Val d'Oise) le traitement de l'ensemble de ses déchets.

A lire également : 

 

Produits d'entretien. Un label RSE pour les détergents


Publié le 5 sept. 2018 17:14:00

 

L'Afise, qui regroupe 80% des industriels français du secteur de la détergence a annoncé il y a quelques semaines la création d'un label sectoriel RSE.

L'Association française des industries de la détergence de l'entretien et des produits d'hygiène industrielle (Afise) a annoncé fin juin, par la voix de son président, Sébastien Bossard, qu'un label sectoriel RSE allait voir le jour. Ce label qui couvre 22 critères – dont 8 dits prioritaires- vendra récompenser les entreprises qui s'inscrivent dans un processus vertueux d'amélioration continue. « Doté de 4 niveaux, ce label qui s'inspire de la norme ISO 26000 permettra de faire reconnaître collectivement, et partager, les bonnes pratiques qui sont déjà mises en œuvre dans nos entreprises. Il permettra également à nos adhérents de communiquer, notamment en direction des secteurs en aval de leur activité »   insiste le président de l'Afise qui précise par ailleurs qu'un comité de labellisation, constitué de 3 collèges (professionnels, experts et parties prenantes) délivrera cette nouvelle reconnaissance en matière de RSE.

A lire également : Le CNRS s'intéresse à l'hygiène du 21è siècle
Rencontre : Sébastien Bossard, président de l'Afise