Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Le groupe de distribution Adelya confirme sa position dans l'univers de l'entretien textile (blanchisseries, pressings, laveries) en reprenant Romera, un important diostributeur de matériels.

Début avril le groupe de distribution Adelya (membre de GEH)  a signé le rachat de la société Romera, acteur incontournable dans la vente de matériels professionnels pour l'entretien textile. Adelya était déjà présent depuis 2016 sur le marché des blanchisseries industrielles, des pressings et des laveries, au travers du rachat de CPN (Comptoir professionnel du nettoyage).

La nouvelle branche « Textile Care » du groupe Adelya, constituée de ses deux filiales Romera et CPN, réalisera donc cette année un chiffre d’affaires de l’ordre de 13 M€ dont 50% en produits-consommables et 50% en matériels et équipements.   Le géant de l’hygiène conforte ainsi son activité sur notre secteur en renforçant le segment produits de sa filiale CPN et en développant le segment matériel grâce à Romera.

La société Romera, acteur incontournable de ce marché depuis plus de 50 ans, a fait le choix de rejoindre Adelya, un groupe familial, structuré, organisé, solide et pérenne, qui, de son côté renforce ainsi sa position en intégrant le leader lyonnais, également présent à Paris et dans le Sud-Est. « Dans ce marché en pleine mutation, nous avons l’ambition de continuer de nous développer en apportant des concepts et des solutions globales, produits-consommables-matériels. Les deux entreprises sont très complémentaires, chacune avec ses propres savoir-faire et forces. Jean-Philippe Ginard, ainsi que ses équipes commerciales et techniques, vont pouvoir continuer de se développer en profitant du maillage logistique et de la présence des équipes commerciales de CPN qui, elles, resteront dirigées par Nathalie Vanbelle, et vice-versa », déclare Philippe Scemama, président du groupe Adelya.

A lire également :

Hygiene et nettoyage Adelya fête ses 30 ans

Adelya s'engage dans l'univers de l'entretien textile

 

Le groupe indépendant Lustral Propreté, basé à Reims (2 000 salariés, 24 millions d'€ de CA en 2016)  et intervenant dans un grand quart Nord Est de la France, vient de racheter la société Orchestral Service (1 100 salariés, 12 M€ de CA), une entreprise très dynamique et très bien implantée, dans le Doubs et en Franche-Comté. Le groupe Ochestral Services, plus connu sous le nom de Enett compte 6 agences dans la région -mais également une filiale en Suisse, une au Maroc et une 3è en Tunisie-, une entreprise de services à la personne, Hom Service, et une société de distribution Distrinett.  Comme l'a confié François Gomariz, Pdg de Lustral à nos confrères de l'Est républicain :« Avec cette acquisition notre entreprise va atteindre environ 3 000 salariés, nous entrons dans le Top 20 des entreprises de nettoyage en France ».

 

Le groupe R'Net, qui affiche un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros vient d'accueillir 4 nouveaux distributeurs adhérents à l'occasion de son assemblée générale.

Les adhérents du Groupe R’Net se sont déplacés les 11 et 12 avril dernier à Voreppe, près de Grenoble, pour une visite de l’usine Sico, fournisseur du groupement en produits aérosols et liquides. Une visite guidée assurée par Richard Michel, le  gérant et Ludovic Duval, directeur commercial France, en prélude à l'assemblée générale annuelle du groupement.A cette occasion, Philippe Ribeiro, le président, et les membres de son bureau, qui venaient d'être réelus ont fait état d’un bilan 2018 très positif avec une évolution constante du chiffre d’affaire global atteignant aujourd’hui plus de 30 millions de chiffre d'affaires. 

Ce rendez-vous annuel a aussi permis d’honorer 3 départs à la retraite et de souhaiter la bienvenue aux 4 nouveaux adhérents :  la société 2M Hygiène de Saint Martin de Seignanx (Landes),  la société  Belledonne Distribution de Grenoble (Isère), la société AD Hygiène  de Béziers (Hérault)  et  la Sté NPH Pro Hygiène de Laval (Mayenne). Afin d’étendre et de compléter la couverture nationale du groupe R’Net, le président examine actuellement de nouvelles candidatures,  mais il souhaite avant tout, garder la cohésion de ses adhérents et son esprit familial. L'arrivée d'un nouveau catalogue et d'un nouveau site internet sont également prévus pour 2019.

A lire également :

 

Hygiène et nettoyage. Elis s'offre le russe Blesk InCare


Publié le 30 avr. 2019 16:47:40

 

Le groupe international s'implante un peu plus sur le marché russe de l'hygiène et de la propreté et achète un leader du nettoyage des tapis.

Le groupe déjà présent en Russie depuis 2017 avec l'acquisition de Berendsen, vient d'annoncer la signature un accord portant sur l'acquisition de 100% de l'activité Tapis de la société russe  Blesk InCare. La finalisation de la transaction devrait avoir lieu au 2e trimestre de l'année 2019. Blesk InCare est leader sur le marché du Tapis, avec cinq sites offrant une couverture de l'ensemble du pays.

 « Avec ses 10 000 clients dans tous types d'industries provenant du secteur privé, l'activité Tapis de Blesk InCare a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 10 M d'€ en 2018, dans un marché en très forte croissance. L’acquisition de l’activité Tapis de Blesk InCare permet à Elis d’élargir son portefeuille de services en Russie et de compléter l’offre existante composée du vêtement professionnel et de l’Ultra-propre » indique le groupe dans un communiqué.

A lire également :

Rencontre: Elis affiche une croissance de 46% de son CA

 

L'Allemagne souhaite proposer l'interdiction d'exportation des déchets plastiques non triés et difficiles à recycler.

Alors que des négociations internationales ont débuté début mai à Genève, la ministre allemande de l'Environnement a plaidé pour que les déchets plastiques non triés et difficiles à recycler, issus des pays à haut niveau de revenu, ne soient plus  transportés vers des pays à revenu modeste ou moyen. Depuis que la Chine a interdit l'importation de ces déchets plastiques, la Malaisie ou l'Indonésie tendent à prendre le relai. Ce système comporte de nombreuses failles mises en évidence par un rapport de Greenpeace paru en janvier. "Les déchets importés ne sont souvent pas correctement transformés mais simplement jetés dans des décharges sauvages ou brûlés essentiellement de façon non-régulée", selon la publication.

Le coup d'arrêt donné il y a quelques mois par la Chine à l'importation de matières plastiques à recycler créé une situation inédite dans plusieurs pays occidentaux , et notamment aux Etats-Unis. Jusqu'à l'embargo décrété il y a bientôt un an le pays importaient quotidiennement  4 000 containers remplis de plastiques.

A lire également : Valorisation des déchets, 2017 une belle année pour les recycleurs