Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Quelques 700 emplois seraient menacés chez Derichebourg Aeronautics Services.

Alors que toutes les compagnies aériennes au monde ont cloué au moins 90% de leur flotte au sol depuis mi-mars et ne voient pas une reprise avant de très longs mois, Airbus doit faire face a un ralentissement très important de ses lignes d'assemblage. 13 000 emplois directs, et 20 000 emplois induits chez les sous-traitants et les prestataires seraient aujourd'hui menacés dans la seule région Occitanie.

Parmi les entreprises aujourd'hui en première ligne face à cette crise inédite Derichebourg Aeronautics Services, qui compte parmi les leaders européens de la sous-traitance aéronautique (149 M€ de CA, 2100 salariés). Sur les 1 600 emplois mobilisés sur les différents sites d'Airbus en région toulousaine, 700 pourraient faire l'objet d'un plan social (Plan de sauvegarde de l'emploi) dans les mois qui viennent. Deux CSE (Comité social et économique)  extraordinaires se sont tenus les 7 et 11 mai confirmant les difficultés actuelles de ce sous-traitants de premier plan, mais selon FO, syndicat majoritaire dans l'entreprise, aucune décision n'est encore actée, les négociations n'ayant pas encore commencé.

L'aérien, un enjeu pour les groupes multiservices

Au-delà des compétences très spécifiques développés par de grands groupes sur les chaînes de production ou de certification, tous les leaders français (Onet , Atalian, GSF, Samsic...) sont présents sur les plateformes aéroportuaires en France et en Europe. L'arrêt brutal du trafic et les perspectives de reprise partielle avant l'été vont continuer à avoir un impact sur les prestations de propreté, d'assistance ou de tri et gestion des bagages. Mais ces différents métiers devront toujours être assurés, même s'ils doivent être repensés ou ré-organisés. La présence d'agents dédiés au nettoyage et à la désinfection, au respect des règles sanitaires ou au contrôle des voyageurs, sera plus que jamais nécessaire comme le confirme Marie Bodin, directrice en charge de la Marque, de l’Expérience Client et du Développement durable du groupe City One.

Accompagner et sécuriser l'expérience des voyageurs

« Nous sommes en phase de déconfinement économique ! L'activité est extrêmement réduite depuis le 16 mars, notamment dans les prestations aéroportuaires depuis la fermetures des frontières. Nous n'avons pas pour autant arrêté d’échanger avec nos clients et les autres acteurs des plateformes. Nous sommes en relation quotidiennement avec eux pour préparer chaque étape, du déconfinement à l’après Covid-19, échanger sur nos bonnes pratiques réciproques, mais aussi et surtout accompagner les impacts sociaux de cette crise. Nous travaillons depuis toujours sur l'insertion, et notamment dans des bassins d'emploi très durement touchés comme peuvent l'être les plateformes parisiennes de Roissy ou Orly.

Nous travaillons avec tout la communauté aéroportuaire pour proposer à l'Etat de nouveaux dispositifs d'accompagnement. La priorité sera plus que jamais la formation et l'insertion dans ces territoires où le taux de chômage avant le Covid-19 pouvait atteindre jusqu’à 30%. 

Beaucoup de choses à inventer ou construire

Avant d'envisager des recrutement nous allons d'abord sécuriser l'emploi de nos salariés. La crise sanitaire brutale qui nous frappe est un accélérateur de transformation qui doit nous aider à faire évoluer nos métiers et nos business model. Nous apprenons en marchant ! Notre rôle sera plus que jamais d'accompagner et de sécuriser l'expérience des voyageurs, de la rendre la plus agréable possible dans un contexte qui restera sans doute anxiogène pour certains. Mais Beaucoup de choses sont à inventer ou à construire mais il est clair que les gens qui vont voyager attendront une authentique expérience relationnelle, promesse que City One saura tenir ! »

A lire également :

 

C'est à une entreprise stéphanoise que la marine Nationale a confié la prestation externalisée de désinfection du porte avion Charles de Gaulle.

L'entreprise stéphanoise n'avait jamais travaillé pour la Marine nationale. C'est pourtant elle qui a décroché, fin avril, le chantier de désinfection et décontamination du porte-avions Charles de Gaulle à Toulon. Pas vraiment un hasard toutefois si la société a su s'imposer lors de cet appel d'offres exceptionnel. « Nous avons une expertise reconnue dans l'univers industriel, sur les sites Seveso notamment. Nous travaillons également pour plusieurs chantiers navals de la Méditerranée. Nous avons proposé des protocoles de désinfection et de décontamination très rigoureux et des procédures très strictes pour que tout le monde rentre à la maison en bonne santé ! » note Thibault Condamin, le dirigeant de Condamin Nettoyage.

Des arguments qui ont su faire la différence alors que le porte-avions représentait, mi-avril, un des plus gros foyers d'infection avec 73% de marins atteints pour un équipage de 1766 personnes.

Un défi en termes d'organisation

Une vingtaine de techniciens, accompagnés de 2 responsables QSE sont intervenus deux semaines durant à partir du 20 avril. « Nous étions les seuls civils sur le bâtiment en appui du 2 régiment de Dragons de Saumur, spécialisé dans les opérations de décontamination. En fin d'intervention ce sont les marins pompiers de Marseille qui ont pris le relais pour contrôler  la désinfection et garantir l'absence de virus. Nous avons désinfecté différentes pièces du porte-avions, avec un nettoyage des sols et surface, puis une désinfection, notamment des points de contact, avant de procéder une nébulisation de l'espace nettoyé et désinfecté » détaille le dirigeant de Condamin Nettoyage qui mesure l'importance pour lui et ses équipes d'avoir pu mener à bien un tel chantier.

Tous les salariés mobilisés

L'entreprise a pu ainsi confirmer son expertise dans un domaine qui ne supporte pas la moindre négligence. Mais elle a pu également mesurer sa capacité d'organisation, son agilité et la fiabilité de tous ses partenaires. «  Nous avons du organiser ce  chantier et le déplacement des équipes très rapidement. Derrière les 20 salariés présents sur le bateau, 20 autres restés à Saint-Etienne ont rendu possible cette prestation. Il en va de même pour nos partenaires, et je pense notamment à la société Comodis qui nous accompagne depuis plusieurs décennies et qui nous a permis d'avoir les équipements et les produits dans cette période très compliquée ! » conclut Thibault Condamin.

A lire également :

 

La métropole Marseille Provence a lancé un appel d'offres pour la collecte des déchets et la propreté urbaine.

L'appel d'offres lancé le 13 mai par la collectivité Aix-Marseille-Provence pour la collecte des déchets ménagers et la propreté urbaine concerne 8 communes de la zone Ouest de la métropole phocéenne. Le marché, non reconductible, d'une durée de 51 mois et d'un montant global TTC de 26 millions d'euros, s'appliquera sur 9 communes pour la collecte des déchets, et 3 communes pour les prestations de propreté manuelle et/ou mécanisées. Les critères retenus par le donneur d'ordres sont les suivants : critère technique (35%), critère environnemental (5%), critère prix (60%).

Le montant du marché de collecte des déchets est évalué à 17,5 M€ TTC et celui de la propreté de 8,5 M€. La date limite de réception des offres est fixée au 22 juin 2020.

A lire également :

 

Les industriels du recyclage des plastiques sont très inquiets pour leurs débouchés.

Federec, le syndicat des industriels du recyclage, alerte les Pouvoirs publics sur les menaces qui pèsent sur le secteur du recyclage des matières plastiques. Selon l'état des lieux dressé par  l'organisation professionnelle, ses adhérents sont soumis à une double peine : l'effondrement des commandes et la chute des cours des plastiques issus du pétrole qui rendent les matières issues du recyclage moins attractives.

« Cette situation exceptionnelle, qui semble devoir s’inscrire dans la durée, fait peser un risque sur l’avenir de leurs activités pourtant indispensables. Ils appellent à un renforcement des mesures soutenant l’utilisation des plastiques issus du recyclage » insiste les responsables de Federec qui en appellent aux Pouvoirs publics pour mettre en place plusieurs mesures incitatives :

  • Des bonus-malus, fixés à des niveaux réellement incitatifs dans le cadre des régimes de Responsabilité élargie des producteurs, notamment la REP Emballages ménagers (Citeo) mais également les futures REP BTP et DEIC ;
  • Des obligations d’incorporation de matières plastiques issues du recyclage dans les produits finis, comme l’instauration immédiate d’une obligation d’incorporation de 50% de PEHD recyclé dans toutes les applications du secteur du bâtiment, telles que les tubes et canalisations ; ou encore une obligation d’incorporation de PP recyclé à hauteur de 15% dans les emballages industriels non-alimentaires et pots horticoles. Ces obligations d’incorporation s’entendent à l’exclusion des cas dans lesquels les normes applicables interdisent l’utilisation de matières recyclées, normes dont la réévaluation doit être rapidement engagée.

A lire également :

 

Les 4 prix de l'Innovation du salon Interclean Amsterdam 2020 ont été rendus public à l'occasion d'une cérémonie « on line » suivie par plusieurs centaines de professionnels.

Malgré le report du salon mondial Interclean Amsterdam au mois de novembre prochain , les organisateurs ont souhaité maintenir la cérémonie d'annonce des Prix de l'Innovation à aux dates et heure initialement prévue, le 12 mai à 11 h. Une cérémonie « on line », en présences des 12 sociétés pré-sélectionnées et des membres du jury, présidé par Michelle Marshall.

Les vainqueurs dans les 4 catégories sont :

  • Catégorie 1/Machines : Le robot de nettoyage et d'assistance LeoBot de la société LionsBot (Singapour)
  • Catégorie 2/ Equipements, détergents, sanitaires : La solution de récupération des eaux de lavage VacuTronic de la société Hermes (Allemagne)
  • Catégorie 3/ E-cleaning : Le système universel de suivi des machines et internet des objets par la société ToolSense (Autriche)
  • Catégorie 4/ Services et produits associés : La solution de formation à l'hygiène des mains en réalité virtuelle par Tork-Essity (Suède)

Le Grand Prix du Jury et le prix du public seront quant à eux annoncés et remis lors de l'ouverture du salon Interclean, le 3 novembre prochain à Amsterdam.