Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Le nettoyage et le maintien en propreté des sites de la Banque de France a été attribué à 5 entreprises de propreté pour une enveloppe de 12 millions d'euros.


Suite à l'appel d'offres passé en avril, la Banque de France a rendu public la liste des entreprises retenues pour assurer l'entretien et le nettoyage de l'ensemble de ses établissements, à Paris et dans tout l'Hexagone. Le marché qui était estimé à 26 millions d'euros s'élèvera finalement à 12,2 millions d 'euros pour une durée de 2 ans à compter de juin 2019.

Les 5 entreprises de propreté choisies à l'issue de cette procédure sont : Challancin, Atalian, Onet, Aber Propreté et Derichebourg. L'appel d'offres qui limitait à 7 (sur 14) le nombre de lots attribuables à un même prestataire a été particulièrement favorable au groupe Challancin qui assurera le nettoyage des bâtiments de la Banque de France dans plusieurs grandes régions – soit 5 lots sur 14- pour une montant de plus de 4,3 millions d'euros. L'entreprise interviendra notamment en Ile-de-France, Grand-Est, Pays-de-la-Loire et Hauts-de France.

Aber Propreté rafle la Bretagne et la Normandie

Le groupe Atalian a pour sa part remporté 3 lots pour un peu plus de 3 millions d'euros (Centre-Val-de-Loire, Côte d'Azur, Rhônes-Alpes-Auvergne) et Onet avec deux lots (Occitanie et Nouvelle Aquitaine) décroche une enveloppe de quelque 2,7 millions d'euros. Les deux autres entreprises choisies, Aber Propreté et Derichebourg emporte respectivement 2 lots (Bretagne et Normandie pour 1,3 million d'euros) et 1 lot (Bourgogne-Franche-Comté pour 0,5 million d'euros). Le lot concernant les sites corses de la Banque de France n'a pas été attribué.

A lire également :

 

Le département des Yvelines vient de signer le 1er partenariat public-privé avec Sodexo pour le nettoyage de ses collèges.

Le département des Yvelines en région parisienne sera le 1er en France a créer une Semop pour gérer la restauration, les cantines et le nettoyage des collèges avec la société Sodexo.

C'est le groupe Sodexo qui a été retenu il y a un an par le département des Yvelines pour signer le 1er partenariat public-privé au travers d'une Société d'économie mixte à opération unique, baptisée C'Midy, dans le cadre de la restauration, des cantines et du nettoyage des 114 collèges de cette collectivité.   Depuis le 1er janvier 2019 les équipes de Sodexo fournissent 48 000 repas quotidiens aux collégiens et assurent le nettoyage de leurs établissements pour un montant global de 400 millions d'euros sur une durée de 7 ans.

Externalisation du nettoyage

Cette possibilité de partenariat, offerte aux collectivités depuis 2014, va se traduire, dans le cas présent, par une participation à hauteur de 35% du département et de 65% de l'opérateur privé. Si cette nouvelle organisation ne devrait pas beaucoup bouleverser le volet  restauration du contrat (près de la moitié des cantines étaient déjà concédées au privé) l'externalisation du nettoyage des collèges soulève plus d'inquiétude de la part des personnels en place. Quel sera l'avenir des 1 000 agents affectés à ces tâches ? La collectivité tient à être rassurante et confirme que le contrat prévoit une mise à disposition ou un détachement auprès de la Semop pour les titulaires et un transfert automatique du contrat (CDD ou CDI) pour les personnels contractuels.

A lire également : Un contrat de 16 millions d'euros sur 30 ans pour Sodexo

 

La prochaine édition du salon Europropre devrait confirmer une hausse importante du nombre d'exposants, étrangers notamment.

Mi décembre 2018, à un peu plus de 4 mois de l'ouverture du salon, qui se tiendra du 16 au 18 avril 2019, Porte Versailles à Paris, les organisateurs de la 16è édition d'Europropre, enregistraient déjà un nombre d'exposants ayant confirmé leur participation en forte hausse (+20%). Pour mémoire l'édition 2017, qui était déjà en forte croissance par rapport à 2015, avait accueilli plus de 12 000 visiteurs professionnels et quelque 150 exposants. En 2019 la tendance se confirme donc avec une participation accrue d'industriels et distributeurs internationaux, européens notamment.

A l'instar des précédentes éditions une nocturne sera organisée le mercredi 17 avril jusqu'à 21 heures, le concours des laveurs de vitres et un programme de conférences rythmeront les trois jours de ce rendez-vous national des acteurs de la propreté et du multiservices.

A lire également : Carton plein pour Europropre 2017

 

Philippe Jouanny a été nommé président de la FEP le 4 janvier, succédant à Max Massa.
"Conformément aux engagements personnels et statutaires, pris en juin 2014, Philippe Jouanny succède à Max Massa, président depuis cinq ans" a annoncé la FEP qui adresse ses plus sincères remerciements pour l’ensemble du travail réalisé tout au long de ces années, à Max Massa, désormais Président d’honneur de la fédération. Philippe Jouanny, président de la FEP Ile-de-France depuis 10 ans, occupait depuis juin 2014, les fonctions de président délégué de la FEP et de président de la commission nationale des relations publiques. Un passage de témoin prévu depuis un peu plus de 4 ans, pour celui qui a dirigé durant douze ans l’entreprise Novea basée à Maisons-Alfort (Val-de-Marne) et qui fait a rejoint le groupe Aber Propreté.

A lire également: Max Massa réélu à la tête de la FEP

 

L'entreprise d'insertion, membre d'Emmaüs France propose Métisse, le premier matériau isolant et bio-sourcé adossé à une filière de collecte de valorisation des vêtements.

Membre d’Emmaüs France, Le Relais a développé pour cela plusieurs activités économiques, qui lui ont permis de créer à ce jour plus de 2 900 emplois (en France et en Afrique). En créant Métisse, le premier isolant bio-sourcé français adossé à une filière complète de recyclage textile, l'entreprise qui assure aujourd’hui 68% de la collecte en France, gère 32 centres de collecte et de tri, et valorise 97 % des TLC (textiles, linge de maison) collectés a fait un choix fort. Il est en effet  le premier industriel à proposer l’ignifugation de son isolant grand public, avec un produit entièrement naturel, et biologique, sans sels de bore et sans sels d’ammonium, et obtenu par extraction de matières organiques. La fibre est traitée au coeur de la matière par imprégnation en plein bain afin de garantir la durabilité de ses qualités techniques.

Un produit 100% certifié

Pour la fabrication de l’isolant Métisse, Le Relais sélectionne les jeans troués ou déchirés. Ces textiles, propres et secs, sont ensuite effilochés, puis conditionnés en panneaux, rouleaux ou flocon pour combles perdus. Le produit est ainsi garanti sans aucune émission de COV (Composés Organiques Volatils) et sans développement fongique. Par ailleurs, il est recyclable après la déconstruction du bâtiment.  Conditionné sous différents formats, Métisse, 100% certifié (ACERMI, Avis Techniques du CSTB et FDES Tierce expertisée), présente de hautes performances thermiques et mécaniques de longue durée et des qualités acoustiques exceptionnelles. 

A lire également : Valorisation des déchets, 2017 une belle année pour les recycleurs.