Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités Hygiène, Propreté, Nettoyage, Multiservice et déchets

 

Les entreprises vont devoir intégrer quelques changements ou évolutions à compter du 1er juillet 2021.

Congé paternité
C’est une petite révolution pour les futurs pères. Le congé paternité est allongé depuis ce 1er juillet, s'établissant désormais à 25 jours fractionnables pour la naissance d’un premier enfant, contre 11 jours consécutifs précédemment. Sa durée passe également de 18 à 32 jours à partir de la naissance d’un deuxième enfant.Le congé paternité peut, à compter du 1er juillet 2021, être pris dans les 6 mois suivant la naissance de l'enfant, au lieu de quatre mois précédemment. La nouvelle durée du congé paternité est applicable pour les enfants nés à partir du 1er juillet 2021 ou nés avant, mais dont la naissance était supposée intervenir à partir de cette date.

Chômage partiel
Le dispositif de chômage partiel évolue au 1er juillet : l'indemnité perçue par les salariés concernés passe de 84 % du salaire net à 72 %. Attention, toutefois, la situation reste identique pour les salariés des entreprises relevant des secteurs les plus touchés par la crise et ceux des entreprises fermées administrativement. Ceux-ci percevront toujours une indemnité égale à 84 % du salaire net jusqu'au 31 août 2021.

Vaccination obligatoire
Les dernières mesures sanitairesprises par le Gouvernement prévoient une extension du Passe sanitaire mais également la vaccination obligatoire le 15 septembre au plus tard pour les soignants mais également l'ensemble des personnels en contact direct avec les personnes âgés et les publics fragiles. Cette obligation vaccinale s'imposera donc aux agents de services hospitaliers, personnels soignants et non soignats dans les EHPAD, mais également aux salariés des services à la personne intervenant au domicile de personnes âgées ou fragiles.

Bonus écologique
Les barèmes du bonus écologique, destiné à l’achat ou à la location d’un véhicule neuf émettant peu de CO2, changent en ce début de mois, son montant passe désormais de 7 000 € à 6 000 €.

A lire également :

 

Le groupe Essity utilise jusqu'à 98% des fibres issues de briques alimentaires pour la production de ses gammes d'essuyage.

Essity, Groupe leader dans l’hygiène et la santé, a investi plus de 11 millions d’euros sur son site industriel à Hondouville dans l’Eure, afin d’extraire 98% des fibres de papier contenues dans des briques alimentaires, en vue de les recycler, des fibres qui sont ensuite utilisées dans le processus de fabrication de produits de la marque Tork, dédiée à l’hygiène professionnelle.

Le fabricant recycle actuellement plus de 63% de l’ensemble des briques alimentaires triées, collectées et recyclées en France (jusqu'à 24 000 t/an).

Une fois récupérées et recyclées, ces fibres servent à la fabrication de papier toilette, essuie-mains ou papiers d’essuyage industriel de la marque Tork, qui a également pour ambition de réduire son empreinte de 33% d'ici 2030.

Pour Eric Kleinpeter, directeur commercial hygiène professionnelle France chez Essity, « Ce nouveau procédé industriel permettra à Essity d’accroître de façon substantielle la quantité de briques alimentaires recyclées servant à la fabrication de nos produits d’hygiène professionnelle Tork. Cette nouvelle initiative apporte une nouvelle dimension au recyclage et à la circularité. En investissant toujours plus dans des technologies qui réduisent notre impact environnemental, Tork propose à ses clients des solutions qui permettent de répondre à leurs propres enjeux de développement durable ».

A lire également :

 

Les trophées RSE de la propreté ont été remis lors de l'assemblée générale de la Fédération des entreprises de propreté (FEP) qui s'est tenue à Paris le 8 juillet.

Philippe Jouanny, président de la FEP et Géraldine Fort, déléguée générale de l'Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE) ont profité de l'assemblée générale de la FEP, le 8 juillet dernier à Paris, pour remettre les 7è « Trophées RSE » à 5 entreprises du secteur. La société Utile & Agréable a été distinguée pour son action et ses bonnes pratiques en matière de tri des déchets à la source auprès des co-propriétés , en partenariat avec la ville de Paris.
Le groupe normand Candor (Val-de-Reuil) a quant à lui reçu le « Prix spécial de l'égalité professionnelle femme/homme » venant récompenser  une politique RH très engagée en faveur de l'équité et de la montée en compétence au sein de l'entreprise.
Une jeune entreprise, Bio-Propre, se définissant comme une « start-up Made in France  innovante » a elle aussi été remarquée par le jury des Trophées RSE pour ses engagements  vertueux en termes sociaux et environnementaux.
CTSA Sinistre, entreprise spécialisée basée à Granville dans la Manche s'est imposée au fil des années comme une référence dans les prestations d'après-sinistres en s'appuyant notamment sur des méthodes innovantes et respectueuses de l'environnement, en traitant notamment les locaux, mobiliers et matériels afin qu'ils retrouvent leurs usages antérieurs. La société qui compte aussi un centre de formation et de professionnalisation de très grande qualité a elle aussi reçu un Trophées RSE.
Un prix a également été remis au groupe Onet pour sa solution de propreté responsable baptisée Biogistic prenant en compte la sécurité des agents, la réduction des émissions de CO2 mais également la réduction des déchets à la source.

 

Créé en 2020 Bases Clean est spécialisée dans le nettoyage et la désinfection des bases vie du BTP.

Née dans les Hauts-de-france début 2020, Bases Clean société du groupe Enygea, groupe expert en solutions d’hygiène mobiles-  se positionne sur le marché du BTP et propose aux acteurs de ce secteur un service complet de nettoyage des lieux de repos disponibles sur les chantiers (bases vie, cellules sanitaires). Forte de sa croissance sur ce segment de marché dans sa région d'origine Bases Clean poursuit son déploiement en Normandie à partir de son siège régional basé à Lillebonne (Seine-Maritime).

Dans le cadre de cette implantation, Bases Clean cherche activement à recruter des agents d’entretiens polyvalents pour intervenir sur les chantiers et procéder à la désinfection des lieux de vie des ouvriers. « Cette première année d’activité nous a permis de structurer notre prestation de services, au plus près des besoins des sociétés de chantier. Les conducteurs de travaux, les coordonnateurs SPS, ou encore les responsables QHSE nous ont réservé des accueils chaleureux car nous apportons une réponse sécurisante et maîtrisée à leur préoccupation d’hygiène pour leurs compagnons. La satisfaction étant au rendez-vous, un de nos clients nous a demandé de le suivre en Normandie : nous avons vu là l’opportunité d’accélérer notre développement, par une région pleine d’opportunités dans notre secteur », se félicite Jean-Pierre Afonso, directeur de Bases Clean. (Photo)
Bases Clean vient renforcer l’expertise des chantiers développée par WC Loc, entreprise soeur du groupe Enygea, afin d’allier installation et nettoyage des roulottes sanitaires.

A lire également :

 

Précurseur dans le domaine des biotechnologies appliquées à la détergence le fabricant français HTS Bio va créer sa propre structure de formation.
« Nous constatons une très forte accélération de la demande en produits éco-responsables et notamment issus des biotechnologies, une secteur sur lequel HTS Bio est précurseur. Mais dans le même temps nous devons faire  à une méconnaissance de ces produits et de la façon de les utiliser. C'est pour cette raison que nous avons décidé d'aller au-delà de notre rôle de fournisseur en créant début 2022 un centre de formation dont la vocation est d'informer et de former le plus largement possible les professionnels et leurs partenaires » détaille Alexis Bamy, le Pdg de HTS Bio Laboratories.

Aux experts internes viendront s'ajouter des intervenants extérieurs – du CNRS notamment- qui dispenseront 4 niveaux de formation à des utilisateurs, des partenaires, mais également des stagiaires et étudiants pris en charge par la branche professionnelle.
L'enjeu pour le fabricant français qui a vu son chiffre d'affaires doubler au cours des 4 dernières années est de partager un savoir et d'installer une véritable culture de « l'hygiène préventive » face au « tout curatif », sans pour autant remettre en question le principe même de la désinfection. « La crise que nous vivons depuis 2020  a permis d'accélérer la réflexion sur les produits à utiliser et les protocoles à respecter. Nous aurons toujours besoin de désinfectants, mais l'enjeu du bio-contrôle et de la limitation du risque de propagation des pathogènes est incontournable » conclut le dirigeant.

A lire également :