Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Entreprises de propreté. Baisse historique de plus de 44% des défaillances en 2020 !


Publié le 19 janv. 2021 14:49:00

 

Alors que le PIB de la France a chuté de 9% en 2020, le nombre de procédures pour défaillances d 'entreprises est au plus bas.

Le groupe Altares – expert historique et référent de l’information sur les entreprises – vient de publier les chiffres des défaillances d’entreprises en France pour le 4e trimestre et l’ensemble de l’année 2020 : -38,1% par rapport à 2019. Les procédures à l'encontre des entreprises en difficulté affichent ainsi leur plus bas niveau depuis 1987. « Des chiffres qui résonnent comme un paradoxe au regard de la force de la crise économique et sanitaire. Des signaux d’alarmes émergent cependant avec la proportion inquiétante de liquidations judiciaires directes, la baisse des procédures de sauvegardes et le nombre d’emplois menacés qui reste élevé en dépit de la baisse globale du nombre d’entreprises en faillite » analysent les experts du cabinet Altares qui justifient ces résultats par les nombreuses mesures d'aides mises en place par le Gouvernement (Fonds de solidarité, prêt garanti par l'Etat, exonération ou report de cotisations, activité partielle).

Effet retard en 2021 et 2022

Détaillant secteur par secteur le niveau des défaillances d'entreprises le rapport publié le 19 janvier pointe le très fort recul des défaillances d'entreprises de propreté enregistrées en 2020. Les activités de nettoyage de bâtiments enregistrent une baisse de 44,4% des procédures engagées auprès des tribunaux de commerce ou judiciaires.

Ces « bons chiffres » ne doivent pas pour autant faire craindre une explosion des procédure en 2021, « et probablement davantage si aux accidentés du Covid devaient s’ajouter un grand nombre des 20 000 entreprises épargnées de 2020. Enfin, 2021 mais aussi 2022 verront le risque de défaut de paiement s’accroitre fortement pour des milliers d’entreprises, provoquant un autre risque pour les fournisseurs : celui de la propagation de la défaillance des clients. Gare à l’effet domino ! » concluent les auteurs de l'étude.

A lire également :

 

 

 

Partager l'article