Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Hygiène et désinfection. De nouvelles règles pour les sanitaires mobiles


Publié le 3 juin 2020 17:28:00

 

La mise en place de nouveaux protocoles fait évoluer le métier des loueurs d'équipements sanitaires, notamment dans le BTP. La reprise d'activité dans le secteur du BTP qui s'accompagne de mesures anti-Covid très encadrées - détaillées dans un document très complet produit par l'OPPBTP - imposent aux entreprises du bâtiment et à leurs prestataires une vigilance accrue en termes de mise à disposition et d'entretien des blocs sanitaires mobiles. « Face à la pandémie nous avons dû élargir notre offre d'équipements et de services pour répondre aux exigences liées à la réouverture des chantiers. Nous avons dû assurer l'installation de un plus grand nombre de sanitaires et de lave-mains et ajouter des prestations d'hygiène. Notre offre est globale, elle comprend la mise à disposition des équipements et leur entretien qui varie en fonction des demandes de nos clients. Nos équipes peuvent intervenir jusqu'à une ou deux fois par jour pour réaliser une désinfection » note David Desauw directeur des opérations logistique et services de la société WC Loc. Formation et partenariat avec Anios L'entreprise présente en France, en Belgique et au Canada, compte quelque 300 collaborateurs répartis entre 33 agences et dépôts, pour une offre de plus de 15 000 matériels sanitaires autonomes ou raccordables. Face à la pandémie l'entreprise a élargit son offre de services qui va au-delà de la simple vidange des sanitaires. Plus de 150 collaborateurs ont reçu une formation dédiée aux protocoles de nettoyage et de désinfection, en s'associant notamment les services d'Anios qui a été choisi comme fournisseur de produits virucides. L'entreprise, basée dans le nord de la France, qui recrute traditionnellement 70% de ses clients dans l'univers du BTP, voit aujourd'hui son portefeuille se diversifier. « Nous sommes sollicités pour répondre à un manque d'accessibilité aux toilettes en France. Durant le confinement nous avons équipés des sanitaires au plus près des hôpitaux, mais également des plateformes logistiques pour les chauffeurs routiers. Les demandes peuvent aussi venir des écoles ou des collectivités avec des équipements qui viennent renforcer l'offre en sanitaires fixes. Cette crise marque une rupture, une évolution qui sera durable dans notre métier » assure le dirigeant de WC Loc.

A lire également :

 

Partager l'article