Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Hygiène des mains. Le papier meilleur garant de l'hygiène pour ETS


Publié le 30 oct. 2018 16:53:00

 

L'European Tissue Symposium (ETS) qui réunit la majeure partie des fabricants de papiers à base de cellulose pour l'hygiène vient de publier une étude comparative sur le séchage des mains dans plusieurs hôpitaux européens.

Pour les fabricants de papier plat en cellulose, destinés à l'hygiène et réunis au sein de ETS (European Tissue Symposium)la bataille du séchage des mains ne concernent pas uniquement les toilettes des lieux publics et des bureaux mais doit également se gagner à l'hôpital, où le risque de contamination est très élevé. Rejoignant la Société française d'hygiène hospitalière (SF2H) qui milite activement depuis de nombreuses années pour une prise en compte prioritaire de l'hygiène des mains, les membres de ETS ont diligenté une nouvelle étude dans les toilettes, mais en milieu hospitalier.  Réalisée en 2018  à Leeds (Royaume-Uni), Udine (Italie) et à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, ce travail in situ mené dans un environnement réel d'utilisation, l'enquête démontre que la technique de séchage des mains utilisée par les soignants peut avoir un impact très sensible sur les niveaux de contamination.

Propagation plus importante des bactéries

« Il était nécessaire de comparer différentes techniques de séchage des mains pour voir si l'une d'entre elles pouvait prévenir la dispersion des bactéries dans l'environnement. Nous avons retrouvé des bactéries d’origine fécale, des entérobactéries, dans la poussière, sur le sol, plus fréquemment quand on utilise le sèche-mains à air pulsé. Des mesures ont été prises. Récemment, il y a un guide publié par la Société française d’hygiène hospitalière sur l’hygiène des mains qui recommande de ne pas utiliser, dans les lieux de soins, les sèche-mains à air pulsé, à cause de cette dissémination et propagation de bactéries plus importantes dans l’environnement.», conclut  le Professeur Barbut  de Unité d'hygiène et de lutte contre les infections nosocomiales de l'hôpital Saint-Antoine AP-HP à Paris.

A lire également :

 

Partager l'article