Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Distribution : la reprise de PHS par Orapi est « Une formidable opportunité pour les deux entreprises »


Publié le 10 déc. 2014 19:04:00

 

En préambule du dossier spécial « Distribution 2015 » que Bâtiment Entretien vous proposera dans son numéro de janvier-février 2015, nous vous proposons aujourd’hui l’entretien que Bruno Cocheril, directeur exécutif du groupe PHS a bien voulu nous accorder.
Vous connaissez bien l’univers de la distribution alimentaire. Faut-il craindre que les groupes de ce secteur ne deviennent des concurrents dangereux ?
Les grossistes alimentaires et les hygiénistes exercent deux métiers différents.
Les distributeurs alimentaires font d’abord de la logistique. Ils sont capables de vendre les produits basiques comme l’essuyage, les films étirables, l’aluminium, les sacs poubelles ou des gammes courtes de chimie, mais dès que les besoins du client deviennent plus techniques, les choses se compliquent. La formation permanente des équipes de nos clients et les conseils que nous leur prodiguons sont importants et déterminants. Nos équipes passent beaucoup de temps pour assurer ce service « plus ».
Livrer des bidons de produits, c’est une chose, installer et assurer la maintenance d’une centrale de dilution, de doseurs, de platines, poser au mur des distributeurs d’essuie-mains, de papier hygiénique n’est pas une spécificité alimentaire… Mettre en place les protocoles dans tous les établissements, diffuser les fiches de données sécurité à jour pour chaque site client, est aussi une autre histoire et un savoir-faire bien spécifique différenciant. Enfin, la législation aura tendance à se durcir de plus en plus, au niveau des conditions de stockage dans les entrepôts, et aussi dans les camions, ceci donnera une vraie avance aux spécialistes hygiène.
En cédant PHS à Orapi, le groupe suisse Transgourmet se désengage donc de l’hygiène ?
Transgourmet ne se désengage pas de l’hygiène puisque la société réalise sans PHS un C.A. conséquent. Transgourmet se sépare seulement de sa filiale spécialisée, avec le choix d’investir massivement sur son cœur de métier « l’alimentaire ».
Votre arrivée prévue au début de l’année dans le giron d’Orapi est donc une bonne nouvelle ?
Oui, je pense qu’il s’agit d’une formidable opportunité pour les deux entreprises. En termes de présence commerciale sur le terrain, les réseaux commerciaux d’Argos et de PHS sont très complémentaires. Nous sommes forts sur des zones où ils sont moins présents et réciproquement. Les sites majeurs de PHS et d’Argos ne sont pas situés sur les mêmes zones géographiques, il y a là aussi une forte complémentarité. Nous n’abordons pas cette nouvelle étape en traînant les pieds, les équipes sont volontaires et ont vraiment envie que les choses se mettent en place rapidement. Par ailleurs, les collaborateurs sont satisfaits d’intégrer un groupe spécialisé dans l’hygiène.
Quel sera selon vous le tempo de ce rapprochement entre Orapi et PHS ?
Nous avons envie que les choses avancent vite. Ce rapprochement sera organisé par Guy Chifflot, maître d’œuvre en la matière avec ses équipes. La vitesse est une condition de réussite même si une période de cohabitation des deux structures est inévitable. La nouvelle entité aura une force de frappe impressionnante et constituera l’un des deux plus importants réseaux intégrés de vente en France. Orapi offrira en plus, la possibilité à PHS de se tailler une place européenne, ce que nos grands clients nous demandent.

 

Partager l'article